Biographie de Sylvie Goulard, candidate française au poste de Commissaire européen

Insights Insights

Figure de la famille centriste (UDF puis Modem, membre du groupe ADLE au Parlement européen), Sylvie Goulard est une inlassable militante de l’Union Européenne résolument engagée en faveur d’une Europe fédéraliste.

Sylvie Goulard est diplômée de Sciences Po Paris (1986) et de l’Ecole Nationale d’Administration (1989).

Polyglotte, elle consacre ses dix premières années professionnelles aux questions diplomatiques au Quai d’Orsay avant de rejoindre le cabinet du Président de la Commission européenne Romano Prodi comme conseillère politique en 2001.

En 2004, elle est engagée comme Maître de conférences au Collège d’Europe (Bruges) et à Sciences Po Paris avant d’être élue Présidente du Mouvement Européen – France en 2006 pour une durée de 4 ans.

Elle est élue Députée européenne (Modem) en 2009 et reconduite dans ce mandat en 2014. Au Parlement européen, elle est membre de la Commission aux Affaires économiques et monétaires où elle coordonne les travaux du groupe ALDE. Elle s’imposera comme une des expertes dans les questions de régulation du secteur financier après la crise financière de 2009.

Pendant son mandat, Sylvie Goulard s’est également distinguée comme une défenseuse du droit des femmes. En octobre 2012, elle a milité pour que la Banque Centrale Européenne nomme une femme à son conseil d’administration. Elle a ensuite lancé un boycott, au sein de sa commission, de l’audition de l’unique candidat désigné, retardant sa nomination de plusieurs semaines.

En 2016, elle fut l’un des premiers poids lourds du parti centriste Modem à rejoindre Emmanuel Macron alors candidat à la Présidence de la République. Désignée Ministre des Armées après sa victoire en mai 2017, elle démissionne quelques jours après sa nomination en raison de l’enquête ouverte contre le parti Modem pour des faits présumés d’emplois fictifs d’assistants parlementaires au Parlement européen.

Restée proche d’Emmanuel Macron, elle garde aussi des liens ténus avec de nombreux dirigeants européens au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie notamment. Elle contribua largement au succès de la première tournée européenne du Président Macron, et notamment de sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Elle est nommée en janvier 2018 au poste de Seconde Sous-Gouverneure de la Banque de France par Emmanuel Macron, qui la propose en août 2019 comme la candidate française au poste de Commissaire européen.